Yemayá – Ochun

Yemayá, Yemajá, Yemojá, Yemanjá ou la Sirena est un Orisha majeur, déesse des eaux saumâtres, yemayades mers, des océans et de tout ce qui y vit à l’intérieur. Elle fait partie du groupe des Orishas cabecera avec Obbatalá, Changó et Ochún.
C’est dans le liquide amniotique, dans le ventre de la mère, symbolisé par la mer, que l’embryon se transforme et évolue durant 9 mois comme un poisson avant de se convertir en bébé humain. Ainsi, la mer est la source de la vie et Yemayá, qui en est la maîtresse, se révèle être l’Iyá Omo Aiyé, la mère universelle, mère de tous les « fils » de la Terre, quelque soit l’espèce vivante. Par extension, elle représente la fertilité, la maternité, la grossesse et l’utérus.
Yemayá apporte amour et tendresse envers ses « fils ». Il est dit que lorsqu’une personne n’a pas de mère à qui parler, elle peut, soit aller s’asseoir au bord de la mer pour lui raconter ses soucis, soit allumer une bougie bleue pour l’appeler. À l’image de la mer quand on se beigne dedans, Yemayá embrasse et entoure ses « fils ». Elle a un côté guerrier qu’elle n’hésite pas à utiliser pour défendre ses « fils ».

OchunOCHUN, Oshún, Ochúm ou Oxum est un Orisha majeur, déesse de la féminité, de la sensualité et de l’amour. Elle fait parti du groupe des Orishas cabecera avec Obbatalá, Yemayá et Changó. C’est la plus jeune et la plus heureuse des Orishas.
Elle représente la beauté, la sérénité, la délicatesse, la douceur, la finesse, la grâce et la coquetterie mais aussi l’intensité des sentiments, la sexualité féminine, le désir et les plaisirs. Elle est séductrice. On fait appel à elle pour une relation amoureuse sérieuse et elle symbolise le mariage.
Elle paraît toujours sympathique, souriante et heureuse. Malgré son apparence, elle peut se montrer sévère, triste, rigoureuse, droite et ses châtiments sont implacables. Elle représente la rigueur religieuse.

flecheRETOUR